Conscientes que les livraisons de marchandises provoquent la moitié des émissions de particules fines et le quart des émissions de gaz à effet de serre imputables aux véhicules motorisés à Paris et dans région, de plus en plus d’entreprises spécialisées dans le transport routier et dans le transport express font le pari de l’écologie.

Au moment de renouveler leurs véhicules, ils sont nombreux à opter pour des camions électriques et des camions hybrides et à bannir le diesel. Certaines ont même revu entièrement leur logistique de livraison en adoptant le vélo et le triporteur pour les petits colis.

Ce genre d’initiatives est astucieux puisque les centres villes sont très pollués et qu’à terme se profileront sûrement des péages à l’entrée des villes pour les véhicules polluants.

Plutôt que de subir une réglementation, ces visionnaires ont préféré anticiper.