Le domaine d’activité du transport routier fait face à une vaste pénurie de chauffeurs. Selon les syndicats de transporteurs,  20 000 postes seraient à pourvoir actuellement dans ce secteur.

Les entreprises de transport n’arrivent plus à répondre aux demandes de leurs clients et doivent refuser des contrats. Elles  perdent ainsi des parts de marché qui sont récupérées par des sociétés étrangères. Il est indispensable de régler le problème au plus vite, sachant que la moyenne d’âge des chauffeurs avoisine les 50 ans et que les départs en retraite se font nombreux.

Certains expliquent cette carence par un manque d’attractivité du métier. En effet, la perte d’autonomie s’accroît avec la mise en place dans de plus en plus d’entreprises de véhicules géolocalisés. De plus, la perspective de ne pas pouvoir rentrer chez soi tous les soirs démotive souvent  les jeunes actifs. Le manque de souplesse dans les horaires freine également les potentiels candidats.

Pour d’autres entreprises, ce sont les CV envoyés qui semblent ne pas  correspondre aux exigences du métier. La formation n’est généralement pas adaptée et le manque d’expérience pèse aussi dans la balance. Une enquêté a été lancée pour connaître les zones géographiques en demande de chauffeurs routiers et une campagne de communication va être lancée pour tenter de séduire les jeunes.