Le projet de taxe carbone européenne présenté par Bruxelles a été critiqué par le Royaume-Uni, l’Irlande, et le Luxembourg qui dénoncent une taxation inéquitable pour le transport routier.

Cette taxation visera surtout les carburants pour le transport routier, ainsi que les énergies fossiles pour le chauffage. Les taxes sur tous les produits énergétiques seraient soumises à un minimum de 20 euros par tonne de CO2. Ainsi, un litre de diesel serait imposé à hauteur de 8 % de plus qu’un litre d’essence.

L’union internationale des transporteurs routiers (IRU) reste de premier défenseur du transport routier. L’organisation qui défend le transport routier refuse une taxation qu’elle juge particulièrement inéquitable, et demande à la Commission de mieux équilibrer cette taxe en soumettant tous les modes de transport aux mêmes droit d’accise, régime TVA et taxe CO2.Cela obligerait les différents modes de transport à réaliser les mêmes économies d’énergie que le plus taxé, à savoir l’industrie du transport routier.