Avec pour finalité de financer les infrastructures du transport routier, l’écotaxe risque de voir son caractère écologique remis en cause par sa mise en œuvre. Cette taxe qui entre en application au mois de juillet 2013 ne taxera pas l’ensemble du réseau routier en épargnant certaines routes départementales. C’est Ecomouv’ qui est en charge de la mise en place et de l’exploitation technique de cette taxe.

Le cadre règlementaire défini par l’Etat laisse le choix aux départements français de définir les axes routiers soumis à l’écotaxe. Le prix fixé est de 12 centimes d’euros le kilomètre en moyenne en fonction de la catégorie du véhicule poids lourds concerné. En conséquence, les routes nationales secondaires seront moins chères que la moyenne du coût des péages d’autoroutes estimé à 19 centimes d’euros.

En ne soumettant pas l’ensemble du réseau routier à cette taxe, une partie du trafic des poids lourds risque d’être reportée sur le réseau routier secondaire. Ce sont donc les objectifs écologiques de l’écotaxe qui risquent de ne pas être respectés.