En France, les modes de transport alternatifs au transport routier représentent à peine 11 %. Le fret ferroviaire avec moins de 9 % est en retard par  rapport à ses voisins européens. En Allemagne le transport ferroviaire de marchandises s’est développé de façon plus importante, avec notamment une activité à l’international en pleine expansion depuis les 10 dernières années. Dans ce pays, les modes alternatifs au transport routier de marchandises représentent plus de 30 %.

La crise n’est pas la seule explication du faible développement de ce type de transport en France. La surcapacité de l’appareil de production qui s’adapte difficilement à une chute non anticipée de volume de trafics, est aussi à l’origine de ce retard.

La compétitivité du fret ferroviaire est bien supérieure en Allemagne qu’en France. Il semble que plusieurs facteurs  logistiques, industriels, et économiques soient à l’origine de cette différence de compétitivité entre ces deux pays européens. Récemment,  un rapport spécial de la cour des comptes européenne a dénoncé l’inefficacité  des programmes d’aides, en particulier le programme Marco Polo qui a pour finalité de promouvoir le fret ferroviaire.