Le dernier kilomètre est une expression fréquemment utilisée dans le transport de marchandises pour désigner la fin de la livraison qui, très souvent, est effectuée en centre-ville.

Proportionnellement aux autres kilomètres parcourus, c’est celui qui prend le plus de temps et qui pollue le plus à cause de la circulation,  des bouchons, des difficultés de stationnement, etc.

Pour pallier ce problème, élus locaux des grandes villes et entreprises de transport réfléchissent ensemble à améliorer les conditions et l’impact environnemental de ce fameux dernier kilomètre.

Désormais, l’enjeu principal des livraisons urbaines est de créer des espaces permettant de charger et décharger les marchandises. Certaines agglomérations utilisent les parkings des grands supermarchés entre 6h et 9h pour transvaser les colis du poids lourd vers des véhicules plus petits qui présentent en plus l’avantage d’être électriques ou hybrides.

On peut également noter le bel effort de l’entreprise Fedex qui a conclu un partenariat avec la société Vinci. Elle loue ainsi plusieurs places de parking en plein Paris réduisant ainsi son empreinte écologique et les temps de livraison.

Un autre mode de livraison qui a de plus en plus la côte, notamment dans la capitale : le fluvial. Les magasins de proximité Franprix sont d’ailleurs livrés quasiment exclusivement de cette façon.