La Cour des compte vient de qualifier l’abandon de l’écotaxe de «gâchis patrimonial, social et industriel ».

Votée en 2009, l’écotaxe devait permettre de faire supporter le coût et l’entretien des routes françaises par les véhicules poids lourds français et étrangers qui les empruntent. C’était sans compter sur les « bonnets rouges » qui par leur mobilisation et leurs actions violentes ont contraint le gouvernement à renoncer à ce projet.

Il en résulte une perte abyssale pour les finances publiques de près d’un milliard d’euros et 210 salariés licenciés alors qu’ils travaillaient pour Ecomouv’ la société en charge de la gestion complexe de ce dispositif.

Il ne faut pas croire pour autant que cette décision est une bonne nouvelle pour le transport routier. La hausse de la taxe sur les carburants (TICPE) qui a été décidée comme solution de remplacement va encore pénaliser les transporteurs routiers français déjà particulièrement impactés par la concurrence étrangère.