La dernière réunion des partenaires sociaux du transport routier de marchandises, en date du 15 septembre 2010, confirme l’enlisement des négociations sur la réforme des frais de déplacement engagées depuis 2003. Représentants des salariés et du patronat ne trouvent pas de compromis pour réformer sur ce point la convention collective. Actuellement, la règle générale stipule que les routiers, qui en raison d’un déplacement impliqué par le service, sont obligés de prendre un ou plusieurs repas hors de leur lieu de travail, perçoivent pour chacun des repas une indemnité. Pour cela, les heures de service doivent couvrir totalement les périodes comprises entre 11h45 et 14h15 et/ou 18h45 et 21h15.

Les syndicats de salariés souhaitent la fin des plages horaires à la faveur d’une amplitude de la durée de travail se calant sur les coupures de conduite des chauffeurs. Si cette proposition était retenue, une indemnité pourrait être versée à la prise de service puis une autre après 4h30 d’activité et une dernière au terme de 9 heures de service. Ce projet est rejeté par les organisations patronales. Selon ces dernières, la notion d’amplitude ne traiterait pas de manière équitable tous les conducteurs. Cette proposition, selon les transporteurs, ne serait adaptée qu’aux routiers réalisant de longues distances qui travaillent en horaires décalés. Pour le patronat, les règles doivent être certes assouplies mais au profit des conducteurs routiers qui aujourd’hui ne prennent pas leurs repas durant les plages horaires précisées dans la convention collective.