Au 1er février 2011, un nouvel accord sur la formation professionnelle dans le secteur des transports routiers a été signé par des organisations patronales et syndicales. Cet accord met un terme à celui en vigueur depuis 2004. De longues négociations ont été nécessaires pour aboutir à un consensus même si les syndicats ne sont pas totalement satisfaits des clauses retenues.

La crainte de voir appliquer des dispositions de droit commun défavorables dans certains domaines aux salariés du secteur transport routier, comme notamment la diminution du montant du financement de certaines formations, a fait réagir les syndicats en faveur de cette version du texte.

Les organisations syndicales ont accepté de signer cet accord pour ne pas pénaliser les salariés bien que leur principale revendication n’ait pas été entendue à savoir le relèvement du taux de contribution minimale des entreprises à la formation professionnelle de 1.6 % à 1.8%.

Les organisations patronales, quant à elles, se félicitent de cet accord qualifié de « structurant » permettant une pérennisation et une amélioration du dispositif de formation. Pour la FNTR, il contient d’importantes avancées notamment sur le fonctionnement des observatoires et des relations partenariales ainsi que sur l’accès à la formation via les dispositifs « formation tout au long de la vie professionnelle », « le droit individuel à la formation (DIF) », le renforcement du tutorat et du contrat de professionnalisation. Le salarié restant maître de ses envies en matière de formation.