La hausse du gazole à la pompe n’irrite pas que les particuliers. Les transporteurs routiers sont fortement impactés par cette hausse brutale du carburant. Certains professionnels estiment que depuis deux ans, la progression est de l’ordre de 40% et impacte fortement les coûts d’exploitation des entreprises.

Le contexte international dans les Pays Arabes et la hausse de l’euro face au dollar ont entrainé dernièrement des augmentations tarifaires vertigineuses. Toutefois, les solutions pour diminuer la consommation de gazole sont très limitées. Afin de réduire l’impact de cette hausse tarifaire et la contenir dans les comptabilités d’entreprise, les professionnels du transport vont se servir de deux outils ; le pied de facture et l’éco-conduite.

Le « pied de facture » permet aux professionnels d’intégrer les surcoûts engendrés en facturant la hausse tarifaire des carburants à leurs clients. Cette pratique permet au transporteur de revaloriser le prix des produits pétroliers directement à la charge du client.

Actuellement, selon certains professionnels la marge de redressement varie de 1 à 10 %. Bien qu’autorisée, les professionnels reconnaissent que cette pratique doit être utilisée avec parcimonie afin de ne pas risquer de mettre un terme à des relations commerciales.

Le second outil est la formation à l’éco-conduite. De plus en plus, et justement dans un tel contexte, des patrons sensibilisent leurs chauffeurs routiers à une conduite modérée et à ne pas gaspiller l’énergie notamment en éteignant le moteur pendant les périodes d’attente et en limitant la vitesse de circulation.