Une récente étude vient d’être menée sur le temps passé dans les embouteillages en France et en Europe. Notre pays se classe au septième rang européen et, sans surprise, les cinq routes les plus saturées de l’Hexagone se situent toutes en Ile-de-France.

Les axes franciliens où il faut faire preuve du plus de patience sont l’A86 sur la portion Saint-Denis/A14 et les tronçons Porte Maillot/Porte de Clignancourt, Porte de Saint-Cloud/Porte d’Orléans et Porte de Bagnolet/Porte de Charenton. Sur ces axes, les conducteurs perdent en moyenne environ 70 heures par an. Paris est donc la première ville saturée de France, ce qui la classe à la quinzième place européenne.

Côté bouchons, la Province n’est pas en reste mais à des niveaux bien moindres. Avec une moyenne annuelle de 28 heures perdues, l’axe Rouen/Notre-Dame de Bondeville sur la D6015 se retrouve sur la première marche du podium suivi par celui d’Ecully/Tunnel de Fourvière sur l’A6 près de Lyon avec près de 23 heures perdues annuellement.

Le record européen revient à la Belgique avec une moyenne annuelle nationale de 43 heures. Elle est suivie par les Pays-Bas et l’Allemagne qui subissent respectivement 39 et 38 heures d’embouteillages. La France affiche une moyenne de 28 heures.