La contrefaçon est un problème majeur pour le commerce et le e-commerce. En plus de grignoter de grosses parts de marché, elle peut également représentée un danger pour les acheteurs. Allergies aux produits cosmétiques et aux parfums, appareils électroménagers défectueux, produits alimentaires avariés, etc., sont autant de marchandises qu’il convient de ne pas laisser entrer sur le territoire français.

Dans l’optique de renforcer la lutte contre la contrefaçon, le secrétaire d’Etat au Budget, Christian Eckert, vient de signer début avril 2016 une convention de coopération entre l’UFEX (Union Française de l’Express) et le DGDDI (Direction Générale des Douanes et des Droits Indirects).

Cette convention a pour but un meilleur contrôle des marchandises contrefaites mais également des stupéfiants. En effet, les stupéfiants saisis par les douanes représentent 10% des saisies totales, soit 7,5 tonnes pour la seule année 2015.

La convention stipule aussi que les entreprises de vente à distance se doivent d’être plus transparentes. De plus, depuis le 1er janvier 2015, il est interdit de vendre ou d’acheter du tabac et des produits liés au tabac afin de contrecarrer la contrebande.