Depuis la parution d’un décret et d’un arrêté en ce début d’année 2011, les 44 tonnes sont autorisés à circuler exclusivement pour le transport des marchandises agricoles et agroalimentaires avant une généralisation à tous les secteurs programmée en 2012.

Avant d’autoriser l’utilisation de ce type de véhicule, des expérimentations ont été menées en 2010 en Bretagne. Les résultats concluants, sur les plans économique, environnemental et en terme de sécurité routière, ont été établis. Avec l’autorisation de circulation élargie aux 44 tonnes, la France s’est ainsi alignée sur une pratique adoptée par d’autres pays européens pour certains depuis déjà quelques années.

Plaçant le développement durable au cœur de ses actions, le gouvernement apporte une réponse aux questions environnementales, économiques et sociétales avec ce type de véhicule. Le 44 tonnes offre une plus grande capacité de stockage de marchandises et par conséquent une réduction du parc de véhicules en circulation sur le réseau routier français est attendue. Avec l’utilisation de ce type de véhicule, une réduction des émissions de CO2 est estimée à 100 000 tonnes par an.

Toutefois, pour certains acteurs, l’adoption de ce décret en faveur des poids lourds 44 tonnes n’est pas une bonne nouvelle car il remettrait en cause la volonté pourtant affichée par le gouvernement de développer le transport combiné par rail. En raison des difficultés actuelles dans le fret ferroviaire, les chargeurs pourraient se reporter vers le 44 tonnes, ce qui serait incompatible avec certains principes affirmés par le Grenelle.